août 17, 2017

A propos du secret de la confession



Alors que  l' Eglise commence à s'interroger sur le secret de la confession en certains cas, comme celui de la pédophilie, ainsi aujourd'hui   au travers de cet article de LA CROIX :

Bien avant  cet article que nous proposions sur Internet en 2012, nous référant aux bases du droit  canonique et de la théologie morale, nous répondions à l 'article suivant, exposé qui conduit à craindre l'oubli par l' Eglise et de sa théologie et de ses canons :


POUR REVENIR A LA LEVEE DU SECRET DE LA CONFESION


Le procureur du Vatican, Mgr Charles Scicluna, a averti les évêques réunis pour un symposium mercredi à Rome.
Il leur a rappelé que se rendre coupable de "négligence" face à un cas de pédophilie est "un crime" selon le droit canon.
"Nous ne pouvons refuser à une victime que son cas soit examiné avec justice, en nous abritant derrière des complexités techniques de la loi", a-t-il prôné. "Les négligences et les intentions mauvaises dans l'exercice de son devoir constituent un crime en vertu du droit canon", a-t-il poursuivi.
Il a insisté sur le rôle central que doivent jouer les évêques dans la lutte contre la pédophilie. "La responsabilité ecclésiale doit être développée encore davantage. Comment sanctionne-t-on un évêque? C'est quelque chose que le droit canonique réserve au pape personnellement", a reconnu l'évêque maltais lors d'une conférence de presse.
"Une fois que l'on impose des règles, vous devez les respecter", a-t-il signalé à l'intention des évêques. Il a admis que la "culture du silence" se perpétue encore dans l'Eglise.
Certains diocèses, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne, sont allés très loin dans les règlementations qui favorisent la coopération avec la justice civile. Mais, dans beaucoup de pays, ces normes ne sont pas en place.
4'000 cas
Un problème à résoudre concerne l'obligation des dénonciations par l'évêque, tout puissant dans son diocèse, à la police et au parquet. Les associations d'anciennes victimes réclament que le Vatican donne des indications précises qui soient tout le temps valides.
Quelque 4'000 cas ont été annoncés à ses services ces dix dernières années, a indiqué le "promoteur de justice" du Vatican. Mgr Scicluna centralise les études des dossiers d'abus sexuels commis par des prêtres mais aussi par des laïcs au sein de l'Eglise.
Sur ces 4'000 cas, un millier ont été communiqués en 2010 et 2011, mais ce sont pour la plupart des cas anciens remontant à des dizaines d'années. Ils proviennent pour la plupart d'Europe, a-t-il dit, dans la mesure où le scandale a été révélé plus tard en Europe qu'aux Etats-Unis. "Plus les cas sont anciens, plus il est urgent de les traiter, par justice pour les victimes", a-t-il dit.
Source: ATS/AFP






+++

Comme signalé depuis longtemps, non, le secret de la confession peut n'être pas absolu, conformément à la théologie non seulement morale mais aussi sacramentelle, sans oublier les dispositions du Droit canonique.

Ainsi, progressivement, le Vatican en vient-il à revoir sa position qui ne peut que conduire  - comme cela sera expliqué dans une étude à paraître - à la levée du secret dès lors que l'Eglise n'attendra pas que la Justice des hommes intervienne.

Les conditions de la confession portent sur deux points : la contrition, le ferme propos.
                        - la contrition peut être parfaite, en ce qu'elle engage le pénitent dans son repentir à l’Amour qui nous fait aimer Dieu, l'exemple qui  me toucha infiniment est la transformation  par exemple de Jacques FESCH, guillotiné le 1er octobre 1957 et dont ses Lettres  (7) maintes fois rééditées, sont à l'origine de biens des conversions.
-         la contrition peut être imparfaite, en ce que le repentir s'il n'est pas produit par l'Amour de Dieu, trouve son motif dans l'horreur du péché, ce que je nommerai conscience engageant l'être à ne plus réitérer ce qui fut.
 La Théologie Morale considère que pour que le Sacrement de pénitence soit reçu de façon valide, il importe que la contrition soit, selon l'analyse que nous empruntons au professeur JONE HERIBERT, en son excellent Précis de Théologie Morale Catholique ( :
-         véritable ou intérieure ( douleur ).
-         formelle ou expresse, ainsi que manifestée extérieurement.
-         surnaturelle ( secours de la grâce ).
-         générale ( confession ou conscience de l'ensemble des péchés ).
-         souveraine ( fait de détester le péché comme le plus grand mal ).
-         sacramentelle ( en rapport avec le sacrement de Pénitence ).
                        -         le ferme propos suppose la fermeté en ce que le pénitent doit avoir  la volonté sérieuse de s'améliorer, en distinguant l'être qui n'a pas fait d'effort et dont le propos n'était pas ferme, de l'être qui redoute de succomber et qui peut avoir le ferme propos.
-         le ferme propos suppose l'efficacité en ce que le pénitent doit être résolu à employer les moyens nécessaires pour éviter le péché, pour fuir l'occasion prochaine et pour réparer selon son pouvoir le dommage commis.
                          le ferme propos suppose l'universalité en ce que le pénitent doit déclarer au  moins tous les péchés mortels commis, lorsque pour les péchés véniels le  ferme propos n'a pas besoin d'être général

Dès lors que ces conditions ne sont pas réunies, le sacrement n'est pas reçu, et le secret disparaît.

De même, le professeur HERIBERT JONE précise  :"Il n'y a pas de confession sacramentelle lorsque que quelqu'un sciemment confesse ses péchés à un prêtre que n'a pas de juridiction ou bien à un prêtre muni de juridiction mais uniquement pour se moquer de lui ou pour aller chercher près de lui conseil et consolation. "

Or, nombreux furent les ecclésiastiques qui se contentèrent de seulement - et au mieux - d'aller chercher conseil près de leur évêque.

Avant d'aller plus outre, où est le secret de la confession dans ce cas ?

JPB

juillet 27, 2017

Ce que sera toujours l’Islam, d’hier, aujourd’hui et demain, le témoignage d’un Père de l’Eglise parmi tant d’autres : SOPHRONE de Jérusalem




Sermon de la Théophanie (Epiphanie 635 ?) :

    « D’où vient que les incursions barbares se multiplient et que les phalanges des Sarrasins se sont levées contre nous ? D’où vient que l’effusion de sang est devenue continuelle et que les cadavres sont la proie des oiseaux du ciel ? Pourquoi les églises détruites et les croix outragées ? (…) Abomination de la désolation à nous prédite par le prophète, les Saracènes parcourent des contrées qui leur sont interdites, saccagent les villes, dévastent les champs, livrent les villages aux flammes, renversent les saints monastères, tiennent tête aux armées romaines, remportent des trophées à la guerre, ajoutent victoire sur victoire, s’alignent en masse contre nousEt se vantent de dominer le monde entier en imitant leur chef continûment et sans retenue »