novembre 18, 2020

A propos de la Lettre ouverte à Mgr Aupetit

 

 

https://renaissancecatholique.fr/blog/lettre-ouverte-a-monseigneur-aupetit/#comment-609

 

Pourquoi la communion  dans la bouche  pourquoi la communion dans la main ? La résolution de cette question ne se pose pas par le simple fait  qu'il s'agirait d'un usage, mais de savoir comment se déroule le Mystère. La Sainte Messe relève-telle d'une communion horizontale formée par les présents qui au mieux permet de répondre à la Communion Spirituelle, ou d'une Communion verticale où le célébrant prend en charge, attire vers l'actualisation du Mystère, les fidèles : le prêtre, en étant  devant, dos  au public comme une sorte de capitaine d’un navire conduit, amène  les présents, à bon port, La Présence Réelle.  La liturgie est une science sacrée et chaque  geste, chaque parole, a un sens précis et donc une intention précise, mais là n'est pas le lieu ni le temps pour réfléchir sur le déroulement du Mystère Liturgique ni non plus sur la perte considérable générée par l'oubli des très anciennes liturgies primitives. Par ailleurs que l'on ne se trompe pas, ce n'est pas Vatican II qui est à l'origine de cette "protestisation" de la Liturgie, la lecture de la revue de liturgie " La Maison-Dieu" montre que ce projet est très antérieur audit  concile. Maintenant est supérieur à la forme, l'intention et le recueillement : n'agissons pas en pharisiens et ouvrons-nous à La Grâce.

JPB

http://www.theologica.fr/index.htm

novembre 09, 2020

Une très belle homélie du Père Philippe de Maistre sur l’âme, la vie chrétienne et les fins dernières. 32ème dimanche du temps ordinaire

Merci  vos sermons  sont toujours des pierres fondamentales à la reconstruction de la conscience – en ce monde perdant la Foi – de ce qu’est le Christianisme.

Vous dites que notre vie est faite pour sauver notre âme. Toutefois, s’agit-il pour l’homme de sauver ce qui vient de Dieu  ou d’acquérir (en le faisant grandir) ce que Dieu nous donne, Luc XXI, 19 dans la traduction Darby expose : « Possédez vos âmes par votre patience » avec cette note : « posséder en acquérant ». Cette lecture-traduction proposée par Darby est un parallèle avec cette déclaration de St Séraphim de Sarov déclarant dans son entretien avec Motovilov que « le vrai but de la vie chrétienne consiste en l’acquisition du Saint Esprit. »

S’il est exact qu’avec la covid et un gouvernent ignorant tout du Christianisme, empêchant volontairement l’administration des Sacrements (mais autorisant  que les gens s’entassent dans  les métros…) ; il est difficile de célébrer notamment pour ceux qui nous quittent, n’oublions que les  saintes femmes myrophores venant au  tombeau, au matin de La Résurrection, trouvent le tombeau vide ? Ce n’est pas sur et près de la dépouille encore visible qu’il échet de prier, mais pour l’être appelé  à une autre Vie. En son temps j’avais sur mes sites, blogs etc, interpellé l’Eglise et tout ce qui la comprend, et donc pas seulement les ecclésiastiques : https://www.academia.edu/42699895/Qui_interviendra_pour_ceux_qui_nous_quittent_sans_ceremonie_religieuse_texte_revise20200411_87243_7wuuns

Il échet de prier pour ceux que l’on désigne comme étant mort, certes n’existent plus ces « associations » invitant les laïcs à prier pour les désincarnés comme l’Archiconfrérie N-D de Cluny  animée par le père LADAME, ou  Les Croisés du Purgatoire, alors qu’il existe à Rome un petit musée du purgatoire, qu’il me soit permis de joindre cet autre lien : https://www.academia.edu/37479982/Des_mains_qui_br%C3%BBlent_Revue_Psi_International_N_8_pdf Les morts ont besoin de nos prières, bien plus que l’on ne l’imagine, votre sermon était un prétexte pour le rappeler, merci.

Union dans la prière,

JPB

http://www.theologica.fr/index.htm

novembre 01, 2020

Les Martyrs, témoins de la Foi

https://www.france.tv/france-2/chretiens-orientaux/2035585-les-martyrs-des-eglises-orientales-les-temoins-de-la-foi.html 

La conscience spirituelle de l'homme dans son rapport avec les animaux

https://www.france.tv/france-2/orthodoxie/2074807-et-l-homme-donna-des-noms-a-tous-les-animaux.html 

Une réponse à Mgr CATTENOZ sur la question du blasphème

 

Alors que l’Archevêque d’Avignon s’interroge sur le fait de savoir si le blasphème est un droit en démocratie à propos des caricatures du prédicateur Mahomet : https://www.lesalonbeige.fr/non-il-nexiste-pas-de-droit-au-blaspheme/

Nous proposerons une approche  orientée plutôt sur les plan de la théologie et du droit canonique :

Ils ont fait de leur prédicateur une idole.

Monseigneur,

 Théologiquement et en Droit Canonique, le blasphème est une injure à Dieu. De première part un  Chrétien peut-il  considérer  et user du mot de "prophète" à l'égard du prédicateur Mahomet, puisque  par l'Incarnation de NSJ+C, il n'est plus de prophète après Jean le Baptiste., lorsque de seconde part Mahomet n'étant qu'un homme, envisager l'idée d'un blasphème à son égard signifierait que les disciples de ce prédicateur l'ont hissé au rang d'idole.

Dans ces conditions, que chacun choisisse sa foi ou sa croyance, mais on ne peut servir deux maîtres à la fois :

1 L'Islam nie que NSJ+C soit Dieu qu'Il soit mort et ressuscité et, dans ces conditions, aucun dialogue n'est possible lorsque de surcroît par L'Incarnation de NSJ+C  le chrétien ne peut, évoquant Mahomet" user du mot "prophète".

 2 L'Islam abaisse la grandeur et la gloire de Dieu en plaçant - par la notion du  blasphème possible envers Mahomet - au même niveau, le Dieu du Coran et l'homme Mahomet.

 Niant La divinité de NSJ+C, peut-on s'étonner que le prédicateur Mahomet  soit placé au même niveau que Dieu, comme un dieu ?

 

Il n'appartient pas à l'Eglise - comme tous les Pères le déclarèrent - d'avoir commerce avec l'Islam. Il lui appartient en revanche de prier pour la conversion du monde.

JPB

http://www.theologica.fr/index.htm